Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
259
en dérive.


— Fichue maladroite alors ! reprit M. Cascabel. Vous excuserez, monsieur Serge, cette gamine…

— Eh ! laissez-la faire, ami Cascabel ! répondit M. Serge. Qu’elle vienne m’embrasser, et il n’y paraîtra plus ! »

Ce qui fut fait.

Non seulement une digue avait été construite à la partie postérieure du glaçon, mais bientôt la Belle-Roulotte fut entourée d’une espèce de rempart de glace, qui devait la protéger d’une façon encore plus efficace, tandis que ses roues, enfoncées jusqu’au moyeu, lui assuraient une immobilité absolue. Ce rempart montait jusqu’à la hauteur de sa galerie supérieure ; mais un étroit couloir ménagé à l’intérieur, permettait de circuler autour. On eût dit un navire en hivernage au milieu des icebergs, et dont la coque est défendue par une cuirasse de neige contre le froid et les bourrasques. Si le glaçon ne s’effondrait pas, les naufragés n’avaient plus rien à craindre des coups de mer, et, dans ces conditions, peut-être serait-il possible d’attendre le moment où l’hiver arctique aurait définitivement pris possession de ces parages hyperboréens.

Mais alors, ce moment venu, il faudrait partir pour regagner le continent ! Il faudrait quitter cette maison roulante, qui avait promené ses hôtes à travers tout le Nouveau-Monde ! Il faudrait délaisser ce solide et sûr abri de la famille ! Abandonnée au milieu des glaces de la mer Polaire, la Belle-Roulotte disparaîtrait dans les débâcles de la saison chaude !

Et lorsque M. Cascabel songeait à cela, lui, si philosophe, si enclin à prendre les choses par leur bon côté, il levait les mains au ciel, il maudissait la malchance, il s’accusait de tous ces désastres, oubliant qu’ils étaient dus à ces coquins qui l’avaient volé dans les gorges de la sierra Nevada, et auxquels la responsabilité de cette situation incombait tout entière.

En vain Cornélia essayait-elle de l’arracher à ses sombres pensées, par de bonnes paroles d’abord, par de violentes objurgations ensuite ! En vain ses enfants et Clou lui-même réclamaient-ils leur part dans