Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
250
césar cascabel.

avait eu l’apparence pendant quelques jours, c’est que les glaçons, qui descendaient du nord ou remontaient du sud sous l’influence des deux courants, s’étaient réunis les uns aux autres dans cette portion de mer étranglée entre les deux continents.

Comme résultat de ses opérations multipliées, M. Serge crut pouvoir affirmer que la direction suivie était très sensiblement indiquée vers le nord-ouest. Cela tenait sans doute à ce que le courant de Behring, s’infléchissant vers le littoral sibérien, après avoir repoussé le courant du Kamtchatka, s’arrondissait au sortir du détroit de Behring par un large crochet que sous-tendait le parallèle du Cercle polaire.

En même temps, M. Serge put constater que le vent, très furieux toujours, soufflait du sud-est en plein. S’il avait halé le sud un instant, c’est que la disposition des côtes avait modifié sa direction générale qu’il venait de recouvrer au large.

Dès que cet état de choses eut été reconnu, M. Serge rejoignit César Cascabel, et il ne lui cacha point que rien de plus heureux n’aurait pu se produire dans ces circonstances. Cette bonne nouvelle rendit un peu de calme au chef de la famille.

« Oui, répondit-il, c’est quelque chose que d’aller précisément du côté où l’on voulait !… Mais quel détour nous aurons fait, Seigneur Dieu, quel détour ! »

Les naufragés s’occupèrent alors de s’installer le mieux possible, comme si leur séjour sur cet îlot en dérive devait durer longtemps. Avant tout, il fut décidé que l’on continuerait à se loger dans la Belle-Roulotte, moins exposée à être renversée, puisqu’elle cédait à la poussée de l’ouragan.

Cornélia, Kayette et Napoléone purent reprendre place à l’intérieur et s’occuper de la cuisine, qui avait été absolument négligée depuis vingt-quatre heures. Le repas fut bientôt prêt, on se mit à table et, si les joyeux propos habituels n’assaisonnèrent pas ce dîner, du moins réconforta-t-il les convives, si durement éprouvés depuis leur départ de l’îlot Diomède !