Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/220

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
209
adieux au nouveau-continent.

Narkine, c’était dans le but de prendre toutes les mesures nécessaires à son arrestation.

L’heure du départ avait été fixée au soleil levant. Il fallait profiter des quelques heures de jour que le soleil donnait encore. Dans six semaines, aux approches du solstice du 21 décembre, ce serait la nuit perpétuelle qui envelopperait ces contrées traversées par le Cercle polaire.

La veille du départ, un « thé », offert par M. et Mme Cascabel, réunit, sous un hangar bien clos disposé pour cette fête, les notables de Port-Clarence, fonctionnaires et pêcheurs, et aussi plusieurs chefs de familles esquimaudes qui s’intéressaient aux voyageurs. La réunion fut très joyeuse, et Clou-de-Girofle l’égaya par les plus drôlatiques pantomimes de son répertoire. Cornélia avait confectionné un punch brûlant, dans lequel, si elle avait ménagé le sucre, elle n’avait point ménagé l’eau-de-vie. Cette boisson fut d’autant mieux goûtée que les invités, en rentrant chez eux, allaient être saisis par un froid extrêmement vif — un de ces froids qui, pendant certaines nuits d’hiver, semblent tomber des dernières limites de l’espace étoilé.

Les Américains burent à la France, les Français à l’Amérique. Puis, on se sépara après force poignées de main échangées avec la famille Cascabel.

Le lendemain, les deux chevaux furent attelés à huit heures du matin. Le singe John Bull avait pris place dans la bâche, où il était plongé jusqu’au museau sous les fourrures, tandis que Wagram et Marengo gambadaient autour de la Belle-Roulotte. À l’intérieur, Cornélia, Napoléone et Kayette s’étaient hermétiquement renfermées pour vaquer à leurs occupations habituelles, le ménage à faire, le poêle à entretenir, les repas à préparer. M. Serge et M. Cascabel, Jean, Sandre et Clou, les uns à la tête de l’attelage, les autres marchant en éclaireurs, devaient veiller à la sécurité du véhicule, en évitant les mauvaises passes.

Enfin, le signal du départ fut donné et, à ce moment, retentirent les hurrahs de la population de Port-Clarence.