Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
du fort-youkon à port-clarence.

construit cette chaussée n’auraient pas été capables de construire un pont !…

— Et pourquoi ?

— Parce que ce sont des ingénieurs à quatre pattes, autrement dit des castors. »

Jean ne se trompait pas, et il y eut lieu d’admirer le travail de ces industrieux animaux qui ont soin de bâtir leur digue en tenant compte du courant, et aussi en la surélevant suivant l’étiage ordinaire du creek. Il n’y avait pas jusqu’à l’inclinaison des talus de cette digue qui ne fût calculée en vue d’une meilleure résistance à la poussée des eaux.

« Et pourtant, s’écria Sandre, ces castors ne sont point allés à l’école pour apprendre…

— Ils n’avaient pas besoin d’y aller, répondit M. Serge. À quoi bon la science, qui se trompe quelquefois, quand on a l’instinct qui ne se trompe jamais. Cette digue, mon garçon, les castors l’ont faite comme les fourmis font leurs fourmilières, comme les araignées tissent leurs toiles, comme les abeilles disposent les alvéoles de leurs ruches, enfin comme les arbres et les arbustes produisent des fruits et des fleurs. Pas de tâtonnements de leur part, pas de progrès non plus. D’ailleurs, il n’y en a pas à faire en ce genre d’ouvrage. Le castor d’aujourd’hui bâtit avec autant de perfection que le premier castor qui ait apparu sur le globe. La perfectibilité n’est point le fait des animaux, elle est le propre de l’homme et lui seul peut s’élever de progrès en progrès dans le domaine des arts, de l’industrie et des sciences. Aussi admirons sans réserve ce merveilleux instinct des animaux, qui leur permet de créer de telles choses. Mais, ces choses, ne les considérons que comme œuvres de la nature !

— C’est cela, monsieur Serge, dit Jean, et je comprends bien votre observation. Là est la différence entre l’instinct et la raison. En somme, c’est la raison qui est supérieure à l’instinct, bien qu’elle soit sujette à se tromper…