Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/185

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
173
du fort-youkon à port-clarence.

factorerie où se fait le commerce des fourrures, et que ne dépassent guère les employés moscovites. Partis des divers points de la Russie asiatique et du littoral alaskien, c’est là qu’ils se rencontrent pour faire concurrence aux acheteurs de la Compagnie de la baie d’Hudson.

Aussi Nuclakayette est-il un point de concentration, où les indigènes transportent les pelleteries qu’ils ont pu recueillir pendant la saison d’hiver.

Après s’être écarté du fleuve afin d’en éviter les nombreux détours, M. Cascabel l’avait rejoint à la hauteur de ce village, très agréablement situé au centre de petites collines, égayées d’arbres verts. Quelques huttes de bois se groupaient autour de la palissade, qui défendait le fort. Des ruisseaux murmuraient à travers la plaine herbeuse. Deux ou trois embarcations stationnaient près de la rive du Youkon. Tout cet ensemble plaisait au regard et invitait au repos. Quant aux Indiens, qui fréquentaient les alentours, c’étaient des Tananas, appartenant, on l’a dit, au plus beau type indigène de l’Alaska septentrionale.

Si engageant que fût l’endroit, la Belle-Roulotte n’y fit halte que pendant vingt-quatre heures. Cela fut jugé suffisant pour les chevaux, très ménagés d’ailleurs. L’intention de M. Cascabel était de s’arrêter plus longtemps à Noulato, fort d’une certaine importance et mieux approvisionné, où il y aurait lieu de faire diverses acquisitions en vue du voyage à travers la Sibérie.

Inutile de dire que M. Serge et Jean, quelquefois accompagnés du jeune Sandre, ne négligeaient pas de chasser, chemin faisant. C’était toujours, comme gros gibier, des élans et des rennes, qui courraient à travers les plaines et se remisaient sous l’abri des forêts ou plutôt des bouquets d’arbres assez clairsemés sur le territoire. Dans les parties marécageuses, oies, pilets, bécassines, canards sauvages, fournissaient également de beaux coups de fusil, et les chasseurs purent même abattre quelques couples de ces hérons, qui sont généralement peu prisés au point de vue comestible.