Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
158
césar cascabel.

nomades. Et peut-être, dans l’avenir, ne devra-t-on pas s’étonner d’entendre parler de huttes d’Indiens montées sur roues. Après les maisons roulantes, les villages ambulants !

Il va de soi que, dans ces circonstances, une représentation extraordinaire s’imposait aux nouveaux venus. Aussi fut-il décidé que cette représentation serait donnée « à la demande générale des Indiens du fort Youkon ».

Celui des indigènes avec lequel M. Cascabel avait lié connaissance dès les premiers jours était un « tyhi », c’est-à-dire un chef de tribu. Bel homme, âgé d’une cinquantaine d’années, il paraissait fort intelligent et même très « roublard ». Il avait plusieurs fois visité la Belle-Roulotte, et fait comprendre combien les indigènes seraient heureux d’assister aux exercices de la famille.

Ce tyhi était le plus souvent accompagné d’un Indien, âgé de trente ans, nommé Fir-Fu, qui, homme d’un type gracieux et fin, était le magicien de la tribu, un jongleur remarquable, bien connu dans toute la province du Youkon.

« C’est donc un confrère ! » répondit M. Cascabel, lorsque le tyhi le lui présenta pour la première fois.

Et tous trois, après avoir bu ensemble quelques liqueurs du pays, avaient fumé la pipe de l’amitié.

Ce fut à la suite de ces entretiens, pendant lesquels le tyhi avait très vivement insisté pour que M. Cascabel donnât une représentation, que celui-ci la fixa au 3 août. Il était convenu que les Indiens lui apporteraient leur concours, étant très désireux de ne point se montrer inférieurs à des Européens pour la force, l’adresse et l’agilité.

Cela ne saurait étonner ; dans le Far-West comme dans la province alaskienne, les Indiens sont grands amateurs de ces divertissements de gymnique et d’acrobatie, qu’ils entremêlent de farces et mascarades auxquelles ils excellent.

Donc, à la date indiquée, lorsqu’une nombreuse assistance fut réunie, on put voir un groupe composé d’une demi-douzaine d’indi-