Ouvrir le menu principal

Page:Verne - César Cascabel, 1890.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
134
césar cascabel.

était bon tireur et se ferait un plaisir de chasser en compagnie de son ami Jean.

Ne pas oublier, d’ailleurs, que la bande Karnof courait peut-être le pays aux environs de Sitka, qu’il fallait se garder contre une agression de ces malfaiteurs et, à l’occasion, les recevoir comme ils le méritaient.

« Or, fit observer M. Cascabel, aux demandes que pourraient nous faire ces gens indiscrets, je ne connais pas de meilleure réponse qu’une balle en pleine poitrine…

À moins que ce ne soit dans la tête ! » fit judicieusement observer Clou-de-Girofle.

Bref, grâce au commerce que la capitale de l’Alaska entretenait avec les diverses villes de la Colombie et les ports du Pacifique, M. Serge et ses compagnons purent acquérir, sans payer des prix trop exagérés, les objets nécessaires à un long parcours en pays désert.

Ces arrangements ne se terminèrent que dans l’avant-dernière semaine de juin, et le départ fut définitivement fixé au 26. Dès qu’il ne fallait pas songer à traverser le détroit de Behring avant qu’il fût entièrement pris par les glaces, on avait largement le temps de s’y rendre. Néanmoins, il convenait de compter avec les retards possibles, les obstacles imprévus, et mieux valait arriver trop tôt que trop tard. À Port-Clarence, qui est situé sur le littoral même du détroit, on se reposerait en attendant le moment favorable de se transporter sur la côte asiatique.

Et, pendant ce temps, que faisait la jeune Indienne ? Rien que de très simple. Elle aidait très intelligemment Mme Cascabel dans les différents préparatifs du voyage. Cette excellente femme s’était prise pour elle d’une amitié de mère ; elle l’aimait autant qu’elle aimait Napoléone, s’attachant chaque jour davantage à sa nouvelle enfant. Chacun, à part soi, éprouvait une affection profonde pour Kayette et, sans doute, la pauvre fille jouissait d’un bonheur qu’elle n’avait jamais connu au milieu des tribus nomades, sous la tente des Indiens. On verrait donc arriver avec une grande tristesse le moment où Kayette se