Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


regards ne quittaient pas la porte de la rue, comme s’il se fût attendu à voir paraître une escouade de policemen.

Enfin, lorsqu’il eut repris haleine, Harry Markel lui dit à voix basse :

« Est-ce que tu as été suivi ?…

— Je ne crois pas, répondit-il.

— Y a-t-il des constables dans la rue ?…

— Oui… une douzaine !… Ils fouillent les auberges et ne tarderont pas à visiter Blue-Fox

— En route », dit le cuisinier.

Harry Markel le força de se rasseoir et dit à Corty :

« Tout est prêt ?…

— Tout.

— Le navire est toujours au mouillage ?…

— Toujours, Harry ; et, en traversant le quai, j’ai entendu dire que les passagers de l’Alert étaient arrivés à Queenstown…

— Eh bien, répondit Harry Markel, il faut que nous soyons à bord avant eux…

— Comment ?… demanda Ranyah Cogh.

— Les autres et moi, répliqua Corty, nous avons pu nous emparer d’un canot…

— Où est-il ?… dit Harry Markel.

— À cinq cents pas de la taverne, le long du quai, au bas d’un appontement.