Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion… autrement dit le mentor, titre qui me sera attribué…

— Une prime ?… répéta Mrs Patterson, qui n’était point insensible aux avantages de cette nature.

— Oui, répondit M. Patterson, une prime égale à celle que doit toucher chaque boursier…

— Sept cents livres ?…

— Sept cents livres.

— La somme en vaut la peine. »

M. Horatio Patterson déclara être de cet avis.

« Et à quand le départ ?… demanda Mrs Patterson, qui n’avait plus aucune objection à présenter.

— Le 30 juin, et il faut que, dans cinq jours, nous soyons rendus à Cork, où nous attend l’Alert… Donc, pas de temps à perdre, et, dès aujourd’hui, nous commencerons les préparatifs…

— Je me charge de tout, Horatio, répliqua Mrs Patterson.

— Vous n’oublierez rien…

— Soyez tranquille !

— Des habits légers, car nous sommes appelés à voyager dans des pays chauds, qui rôtissent sous les feux d’un soleil tropical…