Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et Nevis sous une même présidence. Elles ne sont séparées que par un étroit canal dont la profondeur ne dépasse guère vingt-cinq à trente mètres. Il n’est donc pas impossible que le fond sous-marin, qui est de nature coralligène, ne se hausse, par le travail persévérant des infusoires, jusqu’à la surface de la mer, soit même par suite d’un soulèvement plutonique. Dans ces conditions, Saint-Martin et Anguilla ne formeraient plus qu’une même île.

Que deviendra alors cette Antille franco-anglo-hollandaise ?… Les trois nations y vivront-elles en bonne intelligence ? Méritera-t-elle mieux que la dernière de la chaîne antiliane de s’appeler Trinité, et est-ce la paix qui régnera à l’ombre des trois pavillons ?…

Le lendemain, un pilote embarqua à bord du trois-mâts, et le conduisit à travers les passes dans le port de Philsburg.

Cette ville occupe l’étroite plage que sépare une baie semi-circulaire d’une saline d’assez grande étendue, siège d’une exploitation très importante. Les marais salants, principale richesse de l’île, sont tellement productifs qu’on n’estime pas à moins de trois millions six cent mille hectolitres leur rapport annuel.