Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’officier… et le temps a été favorable ?…

— Très favorable, répliqua Harry Markel, à l’exception d’un coup de vent que nous avons attrapé par le travers des Bermudes.

— Et qui vous a retardé ?…

— Nous avons dû tenir la cape pendant quarante-huit heures… »

Le lieutenant se retourna à cet instant vers le groupe des passagers, et s’adressant au mentor :

« Monsieur Patterson… d’Antilian School, sans doute ?… dit-il.

— En personne, monsieur l’officier », répondit l’économe qui salua avec tout le cérémonial de sa politesse habituelle.

Puis il ajouta :

« J’ai l’honneur de vous présenter mes jeunes compagnons de voyage, en vous priant d’agréer l’assurance de ma très distinguée et très respectueuse considération…

— Signé : Horatio Patterson », murmura Tony Renault.

De sympathiques shake hands furent alors échangés avec cette précision automatique spéciale aux poignées de main anglo-saxonnes.

Le lieutenant, se retournant alors vers Harry Markel, lui demanda à voir son équi-