Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/248

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aussi toute la dignité qui convenaient à l’économe d’Antilian School.

Cependant, s’il n’y eut pas cérémonie, Harry Markel, à la demande des jeunes passagers, accorda double ration à l’équipage.

Le point calculé ce jour-là plaçait l’Alert à deux cent cinquante milles de la plus rapprochée des Antilles au nord-est de l’archipel. Peut-être le navire serait-il un peu retardé lorsqu’il rencontrerait, à l’ouvert du canal de Bahama, le gulf-stream, ce courant chaud qui se propage jusqu’aux régions septentrionales de l’Europe, sorte de fleuve océanien dont les eaux ne se confondent point avec les eaux de l’Atlantique. D’ailleurs, il serait alors servi par les vents alizés, régulièrement établis en ces parages, et, avant trois jours, assurément, la vigie signalerait les hauteurs de Saint-Thomas, où s’effectuerait la première relâche.

Et maintenant, à mesure qu’ils approchaient des Antilles, en songeant à cette exploration de l’archipel, qui durerait plusieurs semaines, et non sans danger pour lui, l’équipage ne pouvait se défendre des plus sérieuses appréhensions.

John Carpenter et Corty causaient sou-