Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il est vrai, de ces appréhensions, Harry Markel et ses compagnons n’éprouvaient nul souci. Eux, c’était l’impatience qui les rongeait, — l’impatience d’en avoir fini avec cette exploration à travers les Antilles, de n’avoir plus rien à craindre en cinglant vers le cap de Bonne-Espérance.

Dans la matinée du 20 juillet, le trois-mâts coupa le Tropique du Cancer à la hauteur du canal de Bahama, par lequel, en partant du détroit de la Floride, se déversent dans l’Océan les eaux du golfe du Mexique.

Si l’Alert, au cours de sa navigation, avait eu à franchir l’équateur, Roger Hinsdale et ses camarades n’auraient point négligé de fêter le passage de la ligne. Ils se fussent très volontiers soumis aux exigences de cette cérémonie traditionnelle en payant les frais du baptême en gratifications. Mais l’équateur est plus au sud de vingt-trois degrés, et il n’y eut pas lieu de célébrer le passage du vingt-troisième parallèle.

Il va sans dire que M. Horatio Patterson, à la condition d’être valide, eût mis la plus parfaite bonne grâce à recevoir les compliments du bonhomme Tropique et de son cortège carnavalesque. Il l’aurait fait, sans nul doute, avec toute la bienveillance et