Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le Portland, après avoir un peu ralenti sa vitesse, se remit à toute vapeur, et les yeux purent longtemps suivre sa fumée, qui se perdit enfin sous l’horizon.

Ce dont Tony Renault et Magnus Anders s’inquiétèrent, après quinze jours de navigation, fut de relever sur la carte la première terre qui serait signalée par les vigies du bord.

Cette terre, d’après la route tenue, devait être l’archipel des Bermudes.

Ce groupe, situé par soixante-quatre degrés de longitude ouest et trente et un degrés de latitude nord, appartient à l’Angleterre. Placé sur la route que suivent les navires pour aller d’Europe au golfe du Mexique, il ne comprend pas moins de quatre cents îles ou îlots, dont les principaux sont Bermude, Saint-George, Cooper, Somerset. Ils offrent de nombreuses relâches, et les bâtiments y trouvent tout ce qui leur est nécessaire, soit pour se réparer, soit pour se ravitailler. Grand avantage dans ces parages fréquemment assaillis par les coups de vent les plus redoutables de l’Atlantique.

L’Alert en était encore à une soixantaine de milles pendant la journée du 19 juillet, lorsque les lorgnettes du bord commencèrent à