Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/219

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Barbade, où résidait Mrs Kethlen Seymour. Là, M. Horatio Patterson présenterait les neuf lauréats d’Antilian School à leur bienfaitrice. C’est là qu’ils la remercieraient de ses bontés ; c’est de là qu’ils repartiraient pour revenir en Europe.

Tel était le programme destiné à être suivi de point en point par le capitaine de l’Alert et auquel Harry Markel aurait à se conformer. Il importait même, dans l’intérêt de ces malfaiteurs, qu’il ne subit aucune modification. À la seule condition que l’infortuné Paxton ne fût pas connu aux Antilles — ce qui était plus que probable — les projets d’Harry Markel avaient grande chance de réussir, et nul ne soupçonnerait l’Alert d’être tombé entre les mains des pirates de l’Halifax.

Quant à la traversée de l’Atlantique sur un bon navire, à cette époque de l’année où les alizés traversent la zone tropicale, il y avait lieu de croire qu’elle s’accomplirait dans les conditions les plus favorables.

En quittant les eaux anglaises, Harry Markel avait donné la route au sud-ouest au lieu du sud-est — ce qu’il aurait fait si ses passagers eussent disparu pendant la nuit précédente. L’Alert aurait cherché à gagner