Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/216

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


n’est jamais allé aux Indes occidentales, ni sur l’Alert ni sur un autre navire. Il est donc permis de croire qu’il n’y est point connu… D’ailleurs, que nous ayons quelque danger à courir, je l’accorde, et cela en vaut la peine, cette somme promise par Mrs Kethlen Seymour aux boursiers d’Antilian School…

— Je pense comme Harry, dit alors John Carpenter. C’est un coup à risquer !… L’important était de quitter Queenstown, et nous en voici déjà à une trentaine de milles… Quant à la prime que doivent toucher M. Patterson et chacun de ces gentlemen…

— Chacun de nous la touchera tout entière, répondit Harry Markel, puisque nous ne sommes que dix, comme ils sont dix.

— Bien calculé, déclara le maître d’équipage, et, en y ajoutant la valeur du trois-mâts, bonne affaire !… Je me charge d’en faire comprendre les avantages à nos compagnons…

— Qu’ils comprennent ou non, répondit Harry Markel, c’est résolu. Que chacun veille à remplir son rôle pendant la traversée et ne se compromette ni en actes ni en paroles ! J’y tiendrai la main ! »

Finalement, Corty se rendit aux arguments d’Harry Markel, et, peu à peu, ses