Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Harry Markel devant l’habitacle. Et, après avoir déclaré qu’il était enfin commencé, le grand voyage, il ajouta :

« Grand et fructueux, capitaine Paxton !… Grâce à la générosité princière de Mrs Kethlen Seymour, il assure à chacun de nous une prime de sept cents livres à notre départ de la Barbade ! »

Harry Markel, qui ne connaissait rien de cette disposition, regarda M. Patterson, et s’éloigna sans prononcer une parole.

Il était huit heures et demie. Les passagers apercevaient encore les lumières de Kinsale-Harbour et le feu de Corrakilly-Bay.

À ce moment, John Carpenter, s’approchant de Harry Markel, lui dit :

« C’est bien cette nuit ?…

— Ni cette nuit ni les autres !… répondit Harry Markel. Nos passagers vaudront chacun sept cents livres de plus au retour ! »