Ouvrir le menu principal

Page:Verne - Bourses de voyage, Hetzel, 1904, tome 1.djvu/187

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cork et de Queenstown, et ils surveillaient le littoral. Peut-être un débarquement suspect qu’ils voulaient empocher, quelques marchandises de contrebande…

« Oui… ce sont des constables… déclara Axel Wickborn.

— Et même armés de revolvers », assura Hubert Perkins, après les avoir observés, sa lorgnette aux yeux.

Du reste, la distance qui séparait le trois-mâts de la falaise n’était au plus que de deux cents toises. De telle sorte que, si du bord on distinguait parfaitement tout ce qui se passait à terre, de la terre on voyait parfaitement tout ce qui se passait à bord.

Et c’est bien cette circonstance qui, à bon droit, causait tant d’appréhensions à Harry Markel, — appréhensions qui auraient disparu, si le navire eût été d’un quart de mille en mer. Avec une longue-vue, le chef des agents les aurait reconnus sans peine, et l’on sait ce qui s’en serait suivi. L’Alert ne pouvait se déplacer, et, d’ailleurs, la marée montante l’eût plutôt porté à la côte. Quant à se jeter dans un des canots du bord, en quelque endroit qu’ils eussent débarqué, Harry Markel et ses complices auraient été certainement repris. Aussi ne se montraient-ils