Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.


versement des objets par les lunettes, le sud est en haut et le nord en bas, il semblerait naturel que par suite de cette inversion, l’est dût être placé à gauche et l’ouest à droite. Cependant, il n’en est rien. Si la carte était retournée et présentait la Lune telle qu’elle s’offre aux regards, l’est serait à gauche et l’ouest à droite, contrairement à ce qui existe dans les cartes terrestres. Voici la raison de cette anomalie. Les observateurs situés dans l’hémisphère boréal, en Europe, si l’on veut, aperçoivent la Lune dans le sud par rapport à eux. Lorsqu’ils l’observent, ils tournent le dos au nord, position inverse de celle qu’ils occupent quand ils considèrent une carte terrestre. Puisqu’ils tournent le dos au nord, l’est se trouve à leur gauche et l’ouest à leur droite. Pour des observateurs situés dans l’hémisphère austral, en Patagonie, par exemple, l’ouest de la Lune serait parfaitement à leur gauche et l’est à leur droite, puisque le midi est derrière eux.

Telle est la raison de ce renversement apparent des deux points cardinaux, et il faut en tenir compte pour suivre les observations du président Barbicane.

Aidé de la Mappa selenographica de Beer et Mœdler, les voyageurs pouvaient sans hésiter reconnaître la portion du disque encadré dans le champ de leur lunette.

« Que voyons-nous en ce moment ? demanda Michel.

– La partie septentrionale de la Mer des Nuées, répondit Barbicane. Nous sommes trop éloignés pour en reconnaître la nature. Ces plaines sont-elles composées de sables arides, ainsi que l’ont prétendu les premiers astronomes ? Ne sont-elles que des forêts immenses, suivant l’opinion de M. Waren de la Rue, qui accorde à la Lune une atmosphère très-basse mais très-dense, c’est ce que nous saurons plus tard. N’affirmons rien avant d’être en droit d’affirmer. »

Cette Mer des Nuées est assez douteusement délimitée sur les cartes. On suppose que cette vaste plaine est semée de blocs de lave vomis par les volcans voisins de sa partie droite, Ptolémée, Purbach, Arzachel. Mais le projectile s’avançait et se rapprochait sensiblement, et bientôt apparurent les sommets qui ferment cette mer à sa limite septentrionale. Devant se dressait une montagne rayonnante de toute beauté, dont la cime semblait perdue dans une éruption de rayons solaires.

« C’est ?… demanda Michel.

– Copernic, répondit Barbicane.

– Voyons Copernic. »

Ce mont, situé par 9° de latitude nord et 20° de longitude est, s’élève à une hauteur de trois mille quatre cent trente-huit mètres au-dessus du niveau de la surface de la Lune. Il est très-visible de la Terre, et les