Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/90

Cette page a été validée par deux contributeurs.


former un vaste archipel, comparable à ce groupe charmant jeté entre la Grèce et l’Asie Mineure, que la mythologie a jadis animé de ses plus gracieuses légendes. Involontairement, les noms de Naxos, de Ténédos, de Milo, de Carpathos, viennent à l’esprit, et l’on cherche des yeux le vaisseau d’Ulysse ou le « clipper » des Argonautes. C’est, du moins, ce que réclamait Michel Ardan ; c’était un archipel grec qu’il voyait sur la carte. Aux yeux de ses compagnons peu fantaisistes, l’aspect de ses côtes rappelait plutôt les terres morcelées du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, et là où le Français retrouvait la trace des héros de la fable, ces Américains relevaient les points favorables à l’établissement de comptoirs, dans l’intérêt du commerce et de l’industrie lunaires.

Pour achever la description de la partie continentale de la Lune, quelques mots sur sa disposition orographique. On y distingue fort nettement des chaînes de montagnes, des montagnes isolées, des cirques et des rainures. Tout le relief lunaire est compris dans cette division. Il est extraordinairement tourmenté. C’est une Suisse immense, une Norwége continue où l’action plutonique a tout fait. Cette surface, si profondément raboteuse, est le résultat des contractions successives de la croûte, à l’époque où l’astre était en voie de formation. Le disque lunaire est donc propice à l’étude des grands phénomènes géologiques. Suivant la remarque de certains astronomes, sa surface, quoique plus ancienne que la surface de la Terre, est demeurée plus neuve. Là, pas d’eaux qui détériorent le relief primitif et dont l’action croissante produit une sorte de nivellement général, pas d’air dont l’influence décomposante modifie les profils orographiques. Là, le travail plutonique, non altéré par les forces neptuniennes, est dans toute sa pureté native. C’est la Terre, telle qu’elle fut avant que les marais et les courants l’eussent empâtée de couches sédimentaires.

Après avoir erré sur ces vastes continents, le regard est attiré par les mers plus vastes encore. Non-seulement leur conformation, leur situation, leur aspect rappellent celui des océans terrestres, mais encore, ainsi que sur la Terre, ces mers occupent la plus grande partie du globe. Et cependant, ce ne sont point des espaces liquides, mais des plaines dont les voyageurs espéraient bientôt déterminer la nature.

Les astronomes, il faut en convenir, ont décoré ces prétendues mers de noms au moins bizarres que la science a respectés jusqu’ici. Michel Ardan avait raison quand il comparait cette mappemonde à une « carte du Tendre », dressée par une Scudéry ou un Cyrano de Bergerac.

« Seulement, ajoutait-il, ce n’est plus la carte du sentiment comme au XVIIe siècle, c’est la carte de la vie, très-nettement tranchée en deux par-