Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/83

Cette page a été validée par deux contributeurs.


– Maudite soit alors, s’écria Nicholl, la cause qui a fait dévier notre projectile !

– Maudit soit alors, répondit Barbicane, comme si son esprit eût été soudainement frappé, maudit soit le bolide que nous avons croisé en route !

– Hein ! fit Michel Ardan.

– Que voulez-vous dire ? s’écria Nicholl.

– Je veux dire, répondit Barbicane d’un ton convaincu, je veux dire que notre déviation est uniquement due à la rencontre de ce corps errant !

– Mais il ne nous a pas même effleurés, répondit Michel.

– Qu’importe. Sa masse, comparée à celle de notre projectile était énorme, et son attraction a suffi pour influer sur notre direction.

– Si peu ! s’écria Nicholl.

– Oui, Nicholl, mais si peu que ce soit, répondit Barbicane, sur une distance de quatre-vingt-quatre mille lieues, il n’en fallait pas davantage pour manquer la Lune ! »

CHAPITRE X

les observateurs de la lune.



Barbicane avait évidemment trouvé la seule raison plausible de cette déviation. Si petite qu’elle eût été, elle avait suffi à modifier la trajectoire du projectile. C’était une fatalité. L’audacieuse tentative avortait par une circonstance toute fortuite et, à moins d’événements exceptionnels, on ne pouvait plus atteindre le disque lunaire. En passerait-on assez près pour résoudre certaines questions de physique ou de géologie insolubles jusqu’alors ? C’était la question, la seule qui préoccupât maintenant les hardis voyageurs. Quant au sort que leur réservait l’avenir, ils n’y voulaient même pas songer. Cependant, que deviendraient-ils au milieu de ces solitudes infinies, eux à qui l’air devait bientôt manquer ? Quelques jours encore, et ils tomberaient asphyxiés dans ce boulet errant à l’aventure. Mais quelques jours, c’étaient des siècles pour ces intrépides, et ils consacrèrent tous leurs instants à observer cette Lune qu’ils n’espéraient plus atteindre.

La distance qui séparait alors le projectile du satellite fut estimée à deux cents lieues environ. Dans ces conditions, au point de vue de la visibilité des détails du disque, les voyageurs se trouvaient plus éloignés de