Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/81

Cette page a été validée par deux contributeurs.


hypothèse, grosse de toutes les terreurs de l’infini, surgissait inopinément. Pour ne pas l’envisager sans défaillance, il fallait être un savant résolu comme Barbicane, un être flegmatique comme Nicholl, ou un aventurier audacieux comme Michel Ardan.

La conversation fut mise sur ce sujet. D’autres hommes auraient considéré la question au point de vue pratique. Ils se seraient demandé où les entraînait leur wagon-projectile. Eux, pas. Ils cherchèrent la cause qui avait dû produire cet effet.

« Ainsi nous avons déraillé ? dit Michel. Mais pourquoi ?

– Je crains bien, répondit Nicholl, que malgré toutes les précautions prises, la Columbiad n’ait pas été pointée juste. Une erreur, si petite qu’elle soit, devait suffire à nous jeter hors de l’attraction lunaire.

– On aurait donc mal visé ? demanda Michel.

– Je ne le crois pas, répondit Barbicane. La perpendicularité du canon était rigoureuse, sa direction sur le zénith du lieu incontestable. Or, la Lune passant au zénith, nous devions l’atteindre en plein. Il y a une autre raison, mais elle m’échappe.

– N’arrivons-nous pas trop tard ? demanda Nicholl.

– Trop tard ? fit Barbicane.

– Oui, reprit Nicholl. La note de l’Observatoire de Cambridge porte que le trajet doit s’accomplir en quatre-vingt-dix-sept heures treize minutes et vingt secondes. Ce qui veut dire que, plus tôt, la Lune ne serait pas encore au point indiqué, et plus tard, qu’elle n’y serait plus.

– D’accord, répondit Barbicane. Mais nous sommes partis le 1er décembre, à onze heures moins treize minutes et vingt-cinq secondes du soir, et nous devons arriver le 5 à minuit, au moment précis où la Lune sera pleine. Or, nous sommes au 5 décembre. Il est trois heures et demie du soir, et huit heures et demie devraient suffire à nous conduire au but. Pourquoi n’y arrivons-nous pas ?

– Ne serait-ce pas un excès de vitesse ? répondit Nicholl, car nous savons maintenant que la vitesse initiale a été plus grande qu’on ne supposait.

– Non ! cent fois non ! répliqua Barbicane. Un excès de vitesse, si la direction du projectile eût été bonne, ne nous aurait pas empêchés d’atteindre la Lune. Non ! il y a eu déviation. Nous avons été déviés.

– Par qui ? par quoi ? demanda Nicholl.

– Je ne puis le dire, répondit Barbicane.

– Eh bien, Barbicane, dit alors Michel, veux-tu connaître mon opinion sur cette question de savoir d’où provient cette déviation ?

– Parle.