Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.


que d’un millimètre un tiers dans la première seconde, soit cinq cent quatre-vingt-dix millièmes de ligne. Mais peu à peu la force attractive s’accroîtrait, la chute serait plus accentuée, le projectile, entraîné par le culot, présenterait son cône supérieur à la Terre et tomberait avec une vitesse croissante jusqu’à la surface du continent sélénite. Le but serait donc atteint. Maintenant, rien ne pouvait empêcher le succès de l’entreprise, et Nicholl et Michel Ardan partagèrent la joie de Barbicane.

Puis ils causèrent de tous ces phénomènes qui les émerveillaient coup sur coup. Cette neutralisation des lois de la pesanteur surtout, ils ne tarissaient pas à son propos. Michel Ardan, toujours enthousiaste, voulait en tirer des conséquences qui n’étaient que fantaisie pure.

« Ah ! mes dignes amis, s’écriait-il, quel progrès si l’on pouvait ainsi se débarrasser, sur Terre, de cette pesanteur, de cette chaîne qui vous rive à elle ! Ce serait le prisonnier devenu libre ! Plus de fatigues, ni des bras ni des jambes. Et, s’il est vrai que pour voler à la surface de la Terre, pour se soutenir dans l’air par le simple jeu des muscles, il faille une force cent cinquante fois supérieure à celle que nous possédons, un simple acte de la volonté, un caprice nous transporterait dans l’espace, si l’attraction n’existait pas.

– En effet, dit Nicholl en riant, si l’on parvenait à supprimer la pesanteur comme on supprime la douleur par l’anesthésie, voilà qui changerait la face des sociétés modernes !

– Oui, s’écria Michel, tout plein de son sujet, détruisons la pesanteur, et plus de fardeaux ! Partant, plus de grues, de crics, de cabestans, de manivelles et autres engins qui n’auraient pas raison d’être !

– Bien dit, répliqua Barbicane, mais si rien ne pesait plus, rien ne tiendrait plus, pas plus ton chapeau sur ta tête, digne Michel, que ta maison dont les pierres n’adhèrent que par leur poids ! Pas de bateaux dont la stabilité sur les eaux n’est qu’une conséquence de la pesanteur. Pas même d’Océan, dont les flots ne seraient plus équilibrés par l’attraction terrestre. Enfin pas d’atmosphère, dont les molécules n’étant plus retenues se disperseraient dans l’espace !

– Voilà qui est fâcheux, répliqua Michel. Rien de tel que ces gens positifs pour vous ramener brutalement à la réalité.

– Mais console-toi, Michel, reprit Barbicane, car si aucun astre n’existe d’où soient bannies les lois de la pesanteur, tu vas, du moins, en visiter un où la pesanteur est beaucoup moindre que sur la Terre.

– La Lune ?

– Oui, la Lune, à la surface de laquelle les objets pèsent six fois moins qu’à la surface de la Terre, phénomène très-facile à constater.