Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/72

Cette page a été validée par deux contributeurs.


dire ! Hein ! quel eût été votre ébahissement à voir ces volatiles terrestres picorer les champs de la Lune !

– Ah ! gamin ! gamin éternel ! répondit Barbicane, tu n’as pas besoin d’oxygène pour te monter la tête ! Tu es toujours ce que nous étions sous l’influence de ce gaz ! Tu es toujours fou !

– Eh ! qui dit qu’alors nous n’étions pas sages ! » répliqua Michel Ardan.

Après cette réflexion philosophique, les trois amis réparèrent le désordre du projectile. Poules et coq furent réintégrés dans leur cage. Mais, en procédant à cette opération, Barbicane et ses deux compagnons eurent le sentiment très-marqué d’un nouveau phénomène.

Depuis le moment où ils avaient quitté la Terre, leur propre poids, celui du boulet et des objets qu’il renfermait, avaient subi une diminution progressive. S’ils ne pouvaient constater cette déperdition pour le projectile, un instant devait arriver où cet effet serait sensible pour eux-mêmes et pour les ustensiles ou les instruments dont ils se servaient.

Il va sans dire qu’une balance n’eût pas indiqué cette déperdition, car le poids destiné à peser l’objet aurait perdu précisément autant que l’objet lui-même ; mais un peson à ressort, par exemple, dont la tension est indépendante de l’attraction, eût donné l’évaluation exacte de cette déperdition.

On sait que l’attraction, autrement dit la pesanteur, est proportionnelle aux masses et en raison inverse du carré des distances. De là cette conséquence : Si la Terre eût été seule dans l’espace, si les autres corps célestes se fussent subitement annihilés, le projectile, d’après la loi de Newton, aurait d’autant moins pesé qu’il se serait éloigné de la Terre, mais sans jamais perdre entièrement son poids, car l’attraction terrestre se fût toujours fait sentir à n’importe quelle distance.

Mais dans le cas actuel, un moment devait arriver où le projectile ne serait plus aucunement soumis aux lois de la pesanteur, en faisant abstraction des autres corps célestes dont on pouvait considérer l’effet comme nul.

En effet, la trajectoire du projectile se traçait entre la Terre et la Lune. À mesure qu’il s’éloignait de la Terre, l’attraction terrestre diminuait en raison inverse du carré des distances, mais aussi l’attraction lunaire augmentait dans la même proportion. Il devait donc arriver un point où, ces deux attractions se neutralisant, le boulet ne pèserait plus. Si les masses de la Lune et de la Terre eussent été égales, ce point se fût rencontré à une égale distance des deux astres. Mais, en tenant compte de la différence des masses, il était facile de calculer que ce point serait situé