Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vital, mais qui, à l’état pur, produit les désordres les plus graves dans l’organisme. Par étourderie, Michel avait ouvert en grand le robinet de l’appareil !

Nicholl se hâta de suspendre cet écoulement d’oxygène, dont l’atmosphère était saturée, et qui eût entraîné la mort des voyageurs, non par asphyxie, mais par combustion.

Une heure après, l’air moins chargé rendait aux poumons leur jeu normal. Peu à peu, les trois amis revenaient de leur ivresse ; mais il leur fallut cuver leur oxygène, comme un ivrogne cuve son vin.

Quand Michel apprit quelle était sa part de responsabilité dans cet incident, il ne s’en montra pas autrement déconcerté. Cette ébriété inattendue rompait la monotonie du voyage. Bien des sottises avaient été dites sous son influence, mais aussi vite oubliées que dites.

« Puis, ajouta le joyeux Français, je ne suis pas fâché d’avoir goûté un peu de ce gaz capiteux. Savez-vous, mes amis, qu’il y aurait un curieux établissement à fonder, avec cabinets d’oxygène, où les gens dont l’organisme est affaibli pourraient, pendant quelques heures, vivre d’une vie plus active ! Supposez des réunions où l’air serait saturé de ce fluide héroïque, des théâtres où l’administration l’entretiendrait à haute dose, quelle passion dans l’âme des acteurs et des spectateurs, quel feu, quel enthousiasme ! Et si, au lieu d’une simple assemblée, on pouvait en saturer tout un peuple, quelle activité dans ses fonctions, quel supplément de vie il recevrait ! D’une nation épuisée on referait peut-être une nation grande et forte, et je connais plus d’un État de notre vieille Europe qui devrait se remettre au régime de l’oxygène, dans l’intérêt de sa santé ! »

Michel parlait et s’animait, à faire croire que le robinet était encore trop ouvert. Mais, d’une phrase, Barbicane enraya son enthousiasme.

« Tout cela est bien, ami Michel, lui dit-il, mais nous apprendras-tu d’où viennent ces poules qui se sont mêlées à notre concert ?

– Ces poules ?

– Oui. »

En effet, une demi-douzaine de poules et un superbe coq se promenaient çà et là, voletant et caquetant.

« Ah ! les maladroites ! s’écria Michel. C’est l’oxygène qui les a mises en révolution !

– Mais que veux-tu faire de ces poules ? demanda Barbicane.

– Les acclimater dans la Lune, parbleu !

– Alors pourquoi les avoir cachées ?

– Une farce, mon digne président, une simple farce qui avorte piteusement ! Je voulais les lâcher sur le continent lunaire, sans vous en rien