Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ce projectile à huit mille lieues seulement au lieu de quatre-vingt mille, ce qui ne demande qu’une force de projection dix fois moins forte.

– Alors, reprit Michel, je répète : Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?

– Et moi répliqua Barbicane, je répète : Qui te dit qu’ils ne l’ont pas fait ?

– Quand ?

– Il y a des milliers d’années, avant l’apparition de l’homme sur la Terre.

– Et le boulet ? Où est le boulet ? Je demande à voir le boulet !

– Mon ami, répondit Barbicane, la mer couvre les cinq sixièmes de notre globe. De là, cinq bonnes raisons pour supposer que le projectile lunaire, s’il a été lancé, est maintenant immergé au fond de l’Atlantique ou du Pacifique. À moins qu’il ne soit enfoui dans quelque crevasse, à l’époque où l’écorce terrestre n’était pas encore suffisamment formée.

– Mon vieux Barbicane, répondit Michel, tu as réponse à tout et je m’incline devant ta sagesse. Toutefois il est une hypothèse qui me sourirait mieux que les autres ; c’est que les Sélénites, étant plus vieux que nous, sont plus sages et n’ont point inventé la poudre ! »

En ce moment, Diane se mêla à la conversation par un aboiement sonore. Elle réclamait son déjeuner.

« Ah ! fit Michel Ardan, à discuter ainsi, nous oublions Diane et Satellite ! »

Aussitôt, une respectable pâtée fut offerte à la chienne qui la dévora de grand appétit.

« Vois-tu, Barbicane, disait Michel, nous aurions dû faire de ce projectile une seconde arche de Noé et emporter dans la Lune un couple de tous les animaux domestiques.

– Sans doute, répondit Barbicane, mais la place eût manqué.

– Bon ! dit Michel, en se serrant un peu !

– Le fait est, répondit Nicholl, que bœuf, vache, taureau, cheval, tous ces ruminants nous seraient fort utiles sur le continent lunaire. Par malheur, ce wagon ne pouvait devenir ni une écurie ni une étable.

– Mais au moins, dit Michel Ardan, aurions-nous pu emmener un âne, rien qu’un petit âne, cette courageuse et patiente bête qu’aimait à monter le vieux Silène ! Je les aime, ces pauvres ânes ! Ce sont bien les animaux les moins favorisés de la création. Non seulement on les frappe pendant leur vie, mais on les frappe aussi après leur mort !

– Comment l’entends-tu ? demanda Barbicane.

– Dame ! fit Michel, puisqu’on en fait des peaux de tambour ! »