Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.


– C’est écrit en lettres de feu ! répondit Nicholl.

– Les braves gens ! murmurait Michel.

– As-tu compris, enfin ? lui demanda Barbicane.

– Si j’ai compris ! s’écria Michel Ardan, mais c’est-à-dire que ma tête en éclate !

– Ainsi, reprit Barbicane, v zéro deux égale deux gr multiplié par un, moins dix r sur 9 d, moins un quatre-vingt-unième multiplié par dix r sur d moins r sur d moins r.

– Et maintenant, dit Nicholl, pour obtenir la vitesse du boulet au sortir de l’atmosphère, il n’y a plus qu’à calculer. »

Le capitaine, en praticien rompu à toutes les difficultés, se mit à chiffrer avec une rapidité effrayante. Divisions et multiplications s’allongeaient sous ses doigts. Les chiffres grêlaient sa page blanche. Barbicane le suivait du regard, pendant que Michel Ardan comprimait à deux mains une migraine naissante.

« Eh bien ? demanda Barbicane, après plusieurs minutes de silence.

– Eh bien, tout calcul fait, répondit Nicholl, v zéro, c’est-à-dire la vitesse du projectile au sortir de l’atmosphère, pour atteindre le point d’égale attraction, a dû être de…

– De ?… fit Barbicane.

– De onze mille cinquante et un mètres dans la première seconde.

– Hein ! fit Barbicane, bondissant, vous dites !

– Onze mille cinquante et un mètres.

– Malédiction ! s’écria le président en faisant un geste de désespoir.

– Qu’as-tu ? demanda Michel Ardan, très-surpris.

– Ce que j’ai ! Mais si à ce moment la vitesse était déjà diminuée d’un tiers par le frottement, la vitesse initiale aurait dû être…

– De seize mille cinq cent soixante-seize mètres ! répondit Nicholl.

– Et l’Observatoire de Cambridge, qui a déclaré que onze mille mètres suffisaient au départ, et notre boulet qui n’est parti qu’avec cette vitesse !

– Eh bien ? demanda Nicholl.

– Eh bien, elle sera insuffisante !

– Bon.

– Nous n’atteindrons pas le point neutre !

– Sacrebleu !

– Nous n’irons même pas à moitié chemin !

– Nom d’un boulet ! s’écria Michel Ardan, sautant comme si le projectile fût sur le point de heurter le sphéroïde terrestre.

– Et nous retomberons sur la Terre ! »