Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/40

Cette page a été validée par deux contributeurs.


– Cela signifie, répondit Nicholl, que : un demi de v deux moins v zéro carré, égale gr multiplié par r sur x moins un, plus m prime sur m multiplié par r sur d moins x, moins r sur d moins r

X sur y monté sur z et chevauchant sur p, s’écria Michel Ardan en éclatant de rire. Et tu comprends cela, capitaine ?

– Rien n’est plus clair.

– Comment donc ! dit Michel. Mais cela saute aux yeux, et je n’en demande pas davantage.

– Rieur sempiternel ! répliqua Barbicane. Tu as voulu de l’algèbre, et tu en auras jusqu’au menton !

– J’aime mieux qu’on me pende !

– En effet, répondit Nicholl, qui examinait la formule en connaisseur, ceci me paraît bien trouvé, Barbicane. C’est l’intégrale de l’équation des forces vives, et je ne doute pas qu’elle ne nous donne le résultat cherché.

– Mais je voudrais comprendre ! s’écria Michel. Je donnerais dix ans de la vie de Nicholl pour comprendre !

– Écoute alors, reprit Barbicane. Un demi de v deux moins v zéro carré, c’est la formule qui nous donne la demi-variation de la force vive.

– Bon, et Nicholl sait ce que cela signifie ?

– Sans doute, Michel, répondit le capitaine. Tous ces signes, qui te paraissent cabalistiques, forment cependant le langage le plus clair, le plus net, le plus logique pour qui sait le lire.

– Et tu prétends, Nicholl, demanda Michel, qu’au moyen de ces hiéroglyphes, plus incompréhensibles que des ibis égyptiens, tu pourras trouver quelle vitesse initiale il convenait d’imprimer au projectile ?

– Incontestablement, répondit Nicholl, et même par cette formule, je pourrai toujours te dire quelle est sa vitesse à un point quelconque de son parcours.

– Ta parole ?

– Ma parole.

– Alors, tu es aussi malin que notre président ?

– Non, Michel. Le difficile, c’est ce qu’a fait Barbicane. C’est d’établir une équation qui tienne compte de toutes les conditions du problème. Le reste n’est plus qu’une question d’arithmétique, et n’exige que la connaissance des quatre règles.

– C’est déjà beau ! » répondit Michel Ardan, qui, de sa vie, n’avait pu faire une addition juste et qui définissait ainsi cette règle : « Petit casse-tête chinois qui permet d’obtenir des totaux indéfiniment variés. »

Cependant Barbicane affirmait que Nicholl, en y songeant, aurait certainement trouvé cette formule.