Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.


grossissait au-dessus d’eux, ils auraient juré qu’ils flottaient dans une stagnation complète.

Ce matin-là, le 3 décembre, les voyageurs furent réveillés par un bruit joyeux, mais inattendu. Ce fut le chant du coq qui retentit à l’intérieur du wagon.

Michel Ardan, le premier sur pied, grimpa jusqu’au sommet du projectile, et fermant une caisse entr’ouverte :

« Veux-tu te taire ? dit-il à voix basse. Cet animal-là va faire manquer ma combinaison ! »

Cependant Nicholl et Barbicane s’étaient réveillés.

« Un coq ? avait dit Nicholl.