Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de leur installation sur le continent lunaire, les aventureux explorateurs ne devaient être éprouvés ni par la faim ni par la soif.

Restait la question de l’air à l’intérieur du projectile. Là encore, toute sécurité. L’appareil Reiset et Regnault, destiné à la production de l’oxygène, était alimenté pour deux mois de chlorate de potasse. Il consommait nécessairement une certaine quantité de gaz, car il devait maintenir au-dessus de quatre cents degrés la matière productrice. Mais là encore, on était en fonds. L’appareil ne demandait, d’ailleurs, qu’un peu de surveillance. Il fonctionnait automatiquement. À cette température élevée, le chlorate de potasse, se changeant en chlorure de potassium, abandonnait tout l’oxygène qu’il contenait. Or, que donnaient dix-huit livres de chlorate de potasse ? Les sept livres d’oxygène nécessaire à la consommation quotidienne des hôtes du projectile.

Mais il ne suffisait pas de renouveler l’oxygène dépensé, il fallait encore absorber l’acide carbonique produit par l’expiration. Or, depuis une douzaine d’heures, l’atmosphère du boulet s’était chargée de ce gaz absolument délétère, produit définitif de la combustion des éléments du sang par l’oxygène inspiré. Nicholl reconnut cet état de l’air en voyant Diane haleter péniblement. En effet, l’acide carbonique – par un phénomène identique à celui qui se produit dans la fameuse Grotte du Chien – se massait vers le fond du projectile, en raison de sa pesanteur. La pauvre Diane, la tête basse, devait donc souffrir avant ses maîtres de la présence de ce gaz. Mais le capitaine Nicholl se hâta de remédier à cet état de choses. Il disposa sur le fond du projectile plusieurs récipients contenant de la potasse caustique qu’il agita pendant un certain temps, et cette matière, très-avide d’acide carbonique, l’absorba complètement et purifia ainsi l’air intérieur.

L’inventaire des instruments fut alors commencé. Les thermomètres et les baromètres avaient résisté, sauf un thermomètre à minima dont le verre s’était brisé. Un excellent anéroïde, retiré de la boîte ouatée qui le contenait, fut accroché à l’une des parois. Naturellement, il ne subissait et ne marquait que la pression de l’air à l’intérieur du projectile. Mais il indiquait aussi la quantité de vapeur d’eau qu’il renfermait. En ce moment son aiguille oscillait entre 765 et 760 millimètres. C’était « du beau temps ».

Barbicane avait emporté aussi plusieurs compas qui furent retrouvés intacts. On comprend que dans ces conditions, leur aiguille était affolée, c’est-à-dire sans direction constante. En effet, à la distance où le boulet se trouvait de la Terre, le pôle magnétique ne pouvait exercer sur l’appareil aucune action sensible. Mais ces boussoles, transportées sur le disque lu-