Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.


sant, s’occupa de rabaisser le mantelet du second hublot latéral. Son opération réussit, et, par la vitre dégagée, la Lune emplit l’intérieur du projectile d’une brillante lumière. Nicholl, en homme économe, éteignit le gaz qui devenait inutile, et dont l’éclat, d’ailleurs, nuisait à l’observation des espaces interplanétaires.

Le disque lunaire brillait alors avec une incomparable pureté. Ses rayons, que ne tamisait plus la vaporeuse atmosphère du globe terrestre, filtraient à travers la vitre et saturaient l’air intérieur du projectile de reflets argentins. Le noir rideau du firmament doublait véritablement l’éclat de la Lune, qui, dans ce vide de l’éther impropre à la diffusion, n’éclipsait pas les étoiles voisines. Le ciel, ainsi vu, présentait un aspect tout nouveau que l’œil humain ne pouvait soupçonner.

On conçoit l’intérêt avec lequel ces audacieux contemplaient l’astre des nuits, but suprême de leur voyage. Le satellite de la Terre dans son mouvement de translation se rapprochait insensiblement du zénith, point mathématique qu’il devait atteindre environ quatre-vingt-seize heures plus tard. Ses montagnes, ses plaines, tout son relief ne s’accusaient pas plus nettement à leurs yeux que s’ils les eussent considérés d’un point quelconque de la Terre ; mais sa lumière, à travers le vide, se développait avec une incomparable intensité. Le disque resplendissait comme un miroir de platine. De la terre qui fuyait sous leurs pieds, les voyageurs avaient déjà oublié tout souvenir.

Ce fut le capitaine Nicholl qui, le premier, rappela l’attention sur le globe disparu.

« Oui ! répondit Michel Ardan, ne soyons pas ingrats envers lui. Puisque nous quittons notre pays, que nos derniers regards lui appartiennent. Je veux revoir la Terre avant qu’elle s’éclipse complètement à mes yeux ! »

Barbicane, pour satisfaire aux désirs de son compagnon, s’occupa de déblayer la fenêtre du fond du projectile, celle qui devait permettre d’observer directement la Terre. Le disque que la force de projection avait ramené jusqu’au culot fut démonté non sans peine. Ses morceaux placés avec soin contre les parois, pouvaient encore servir, le cas échéant. Alors apparut une baie circulaire, large de cinquante centimètres, évidée dans la partie inférieure du boulet. Un verre, épais de quinze centimètres et renforcé d’une armature de cuivre, la fermait. Au-dessous s’appliquait une plaque d’aluminium retenue par des boulons. Les écrous dévissés, les boulons largués, la plaque se rabattit, et la communication visuelle fut établie entre l’intérieur et l’extérieur.

Michel Ardan s’était agenouillé sur la vitre. Elle était sombre, comme opaque.