Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/23

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Bon voyage ! s’écria Michel Ardan en poussant un soupir de satisfaction. Comment ! l’infini n’est pas assez grand pour qu’un pauvre petit boulet puisse s’y promener sans crainte ! Ah çà ! qu’est-ce que ce globe prétentieux qui a failli nous heurter ?

– Je le sais, répondit Barbicane.

– Parbleu ! tu sais tout.

– C’est, dit Barbicane, un simple bolide, mais un bolide énorme que l’attraction a retenu à l’état de satellite.

– Est-il possible ! s’écria Michel Ardan. La terre a donc deux Lunes comme Neptune ?

– Oui, mon ami, deux Lunes, bien qu’elle passe généralement pour n’en posséder qu’une. Mais cette seconde Lune est si petite et sa vitesse est si grande, que les habitants de la Terre ne peuvent l’apercevoir. C’est en tenant compte de certaines perturbations qu’un astronome français, M. Petit, a su déterminer l’existence de ce second satellite et en calculer les éléments. D’après ses observations, ce bolide accomplirait sa révolution autour de la Terre en trois heures vingt minutes seulement, ce qui implique une vitesse prodigieuse.

– Tous les astronomes, demanda Nicholl, admettent-ils l’existence de ce satellite ?

– Non, répondit Barbicane ; mais si, comme nous, ils s’étaient rencontrés avec lui, ils ne pourraient plus douter. Au fait, j’y pense, ce bolide qui nous eût fort embarrassés en heurtant le projectile permet de préciser notre situation dans l’espace.

– Comment ? dit Ardan.

– Parce que sa distance est connue et, au point où nous l’avons rencontré, nous étions exactement à huit mille cent quarante kilomètres de la surface du globe terrestre.

– Plus de deux mille lieues ! s’écria Michel Ardan. Voilà qui enfonce les trains express de ce globe piteux qu’on appelle la Terre !

– Je le crois bien, répondit Nicholl en consultant son chronomètre, il est onze heures, et nous n’avons quitté le continent américain que depuis treize minutes.

– Treize minutes seulement ? dit Barbicane.

– Oui, répondit Nicholl, et si notre vitesse initiale de onze kilomètres était constante, nous ferions près de dix mille lieues à l’heure !

– Tout cela est fort bien, mes amis, dit le président, mais reste toujours cette insoluble question. Pourquoi n’avons-nous pas entendu la détonation de la Columbiad ? »

Faute de réponse, la conversation s’arrêta, et Barbicane, tout en réfléchis-