Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Hurrah ! Hurrah ! » s’écrièrent d’une commune voix Michel Ardan et Nicholl.

En effet, ces ténèbres compactes prouvaient que le projectile avait quitté la Terre, car le sol, vivement éclairé alors par la clarté lunaire, eût apparu aux yeux des voyageurs, s’ils eussent reposé à sa surface. Cette obscurité démontrait aussi que le projectile avait dépassé la couche atmosphérique, car la lumière diffuse, répandue dans l’air, eût reporté sur les parois métalliques un reflet qui manquait aussi. Cette lumière aurait éclairé la vitre du hublot, et cette vitre était obscure. Le doute n’était plus permis. Les voyageurs avaient quitté la Terre.

« J’ai perdu, dit Nicholl.