Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/170

Cette page a été validée par deux contributeurs.


projectile n’était pas apparent, J.-T. Maston soutenant qu’il « lui crevait les yeux ! ».

« C’est le boulet ! répétait J.-T. Maston.

– Non ! répondait Belfast. C’est une avalanche qui se détache d’une montagne lunaire !

– Eh bien, on le verra demain.

– Non ! on ne le verra plus ! Il est entraîné dans l’espace.

– Si !

– Non ! »

Et dans ces moments où les interjections pleuvaient comme grêle, l’irritabilité bien connue du secrétaire du Gun-Club constituait un danger permanent pour l’honorable Belfast.

Cette existence à deux serait bientôt devenue impossible ; mais un événement inattendu coupa court à ces éternelles discussions.

Pendant la nuit du 14 au 15 décembre, les deux irréconciliables amis étaient occupés à observer le disque lunaire. J.-T. Maston injuriait, suivant sa coutume, le savant Belfast, qui se montait de son côté. Le secrétaire du Gun-Club soutenait pour la millième fois qu’il venait d’apercevoir le projectile, ajoutant même que la face de Michel Ardan s’était montrée à travers un des hublots. Il appuyait encore son argumentation par une série de gestes que son redoutable crochet rendait fort inquiétants.

En ce moment, le domestique de Belfast apparut sur la plate-forme – il était dix heures du soir –, et il lui remit une dépêche. C’était le télégramme du commandant de la Susquehanna.

Belfast déchira l’enveloppe, lut, et poussa un cri.

« Hein ! fit J.-T. Maston.

– Le boulet !

– Eh bien ?

– Il est retombé sur la Terre ! »

Un nouveau cri, un hurlement cette fois, lui répondit.

Il se tourna vers J.-T. Maston. L’infortuné, imprudemment penché sur le tube de métal, avait disparu dans l’immense télescope ! Une chute de deux cent quatre-vingts pieds ! Belfast, éperdu, se précipita vers l’orifice du réflecteur.

Il respira. J.-T. Maston, retenu par son crochet de métal, se tenait à l’un des étrésillons qui maintenaient l’écartement du télescope. Il poussait des cris formidables.

Belfast appela. Ses aides accoururent. Des palans furent installés, et on hissa, non sans peine, l’imprudent secrétaire du Gun-Club.