Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de l’air. La flamme de la corvette, immobile, inerte, pendait sur le mât de perroquet.

Le capitaine Jonathan Blomsberry, – cousin germain du colonel Blomsberry, l’un des plus ardents du Gun-Club, qui avait épousé une Horschbidden, tante du capitaine et fille d’un honorable négociant du Kentucky, – le capitaine Blomsberry n’aurait pu souhaiter un temps meilleur pour mener à bonne fin ses délicates opérations de sondage. Sa corvette n’avait même rien ressenti de cette vaste tempête qui, balayant les nuages amoncelés sur les Montagnes-Rocheuses, devait permettre d’observer la marche du fameux projectile. Tout allait à son gré, et il n’oubliait point d’en remercier le ciel avec la ferveur d’un presbytérien.

La série de sondages exécutés par la Susquehanna avait pour but de reconnaître les fonds les plus favorables à l’établissement d’un câble sous-marin qui devait relier les îles Hawaï à la côte américaine.

C’était un vaste projet dû à l’initiative d’une compagnie puissante. Son directeur, l’intelligent Cyrus Field, prétendait même couvrir toutes les îles de l’Océanie d’un vaste réseau électrique, entreprise immense et digne du génie américain.

C’était à la corvette la Susquehanna qu’avaient été confiées les premières opérations de sondage. Pendant cette nuit du 11 au 12 décembre, elle se trouvait exactement par 27° 7′ de latitude nord, et 41° 37′ de longitude à l’ouest du méridien de Washington[1].

La Lune, alors dans son dernier quartier, commençait à se montrer au-dessus de l’horizon.

Après le départ du capitaine Blomsberry, le lieutenant Bronsfield et quelques officiers s’étaient réunis sur la dunette. À l’apparition de la Lune, leurs pensées se portèrent vers cet astre que les yeux de tout un hémisphère contemplaient alors. Les meilleures lunettes marines n’auraient pu découvrir le projectile errant autour de son demi-globe, et cependant toutes se braquèrent vers son disque étincelant que des millions de regards lorgnaient au même moment.

« Ils sont partis depuis dix jours, dit alors le lieutenant Bronsfield. Que sont-ils devenus ?

– Ils sont arrivés, mon lieutenant, s’écria un jeune midshipman, et ils font ce que fait tout voyageur arrivé dans un pays nouveau, ils se promènent !

– J’en suis certain, puisque vous me le dites, mon jeune ami, répondit en souriant le lieutenant Bronsfield.

  1. Exactement 119° 55′ de longitude à l’ouest du méridien de Paris.