Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/150

Cette page a été validée par deux contributeurs.


– Mais parle donc, savant maussade, s’écria Michel Ardan, car tu me fais bouillir d’impatience !

– Eh bien, mon brave Michel, répondit tranquillement Barbicane, on sait quelle diminution de température la Terre subit dans le laps d’un siècle. Or, d’après certains calculs, cette température moyenne sera ramenée à zéro après une période de quatre cent mille ans !

– Quatre cent mille ans ! s’écria Michel. Ah ! je respire ! Vraiment, j’étais effrayé ! À t’entendre, je m’imaginais que nous n’avions plus que cinquante mille années à vivre ! »

Barbicane et Nicholl ne purent s’empêcher de rire des inquiétudes de leur compagnon. Puis Nicholl, qui voulait conclure, posa de nouveau la seconde question qui venait d’être traitée.

« La Lune a-t-elle été habitée ? » demanda-t-il.

La réponse fut affirmative, à l’unanimité.

Mais pendant cette discussion, féconde en théories un peu hasardées, bien qu’elle résumât les idées générales acquises à la science sur ce point, le projectile avait couru rapidement vers l’Équateur lunaire, tout en s’éloignant régulièrement du disque. Il avait dépassé le cirque de Willem, et le quarantième parallèle à une distance de huit cents kilomètres. Puis, laissant à droite Pitatus sur le trentième degré, il prolongeait le sud de cette Mer des Nuées, dont il avait déjà approché le nord. Divers cirques apparurent confusément dans l’éclatante blancheur de la Pleine-Lune : Bouillaud, Purbach, de forme presque carrée avec un cratère central, puis Arzachel, dont la montagne intérieure brille d’un éclat indéfinissable.

Enfin, le projectile s’éloignant toujours, les linéaments s’effacèrent aux yeux des voyageurs, les montagnes se confondirent dans l’éloignement, et de tout cet ensemble merveilleux, bizarre, étrange, du satellite de la Terre, il ne leur resta bientôt plus que l’impérissable souvenir.

CHAPITRE XIX

lutte contre l’impossible.



Pendant un temps assez long, Barbicane et ses compagnons, muets et pensifs, regardèrent ce monde, qu’ils n’avaient vu que de loin, comme Moïse la terre de Chanaan, et dont ils s’éloignaient sans retour. La position