Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/142

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mètres. Il affecte une forme un peu elliptique, et se renferme dans une enceinte de remparts annulaires, qui, à l’est et à l’ouest, dominent la plaine extérieure d’une hauteur de cinq mille mètres. C’est une agrégation de Monts-Blancs, disposés autour d’un centre commun, et couronnés d’une chevelure rayonnante.

Ce qu’est cette montagne incomparable, l’ensemble des reliefs qui convergent vers elle, les extumescences intérieures de son cratère, jamais la photographie elle-même n’a pu les rendre. En effet, c’est en Pleine-Lune que Tycho se montre dans toute sa splendeur. Or, les ombres manquent alors, les raccourcis de la perspective ont disparu, et les épreuves viennent blanches. Circonstance fâcheuse, car cette étrange région eût été curieuse à reproduire avec l’exactitude photographique. Ce n’est qu’une agglomération de trous, de cratères, de cirques, un croisement vertigineux de crêtes ; puis, à perte de vue, tout un réseau volcanique jeté sur ce sol pustuleux. On comprend alors que ces bouillonnements de l’éruption centrale aient gardé leur forme première. Cristallisés par le refroidissement, ils ont stéréotypé cet aspect que présenta jadis la Lune sous l’influence des forces plutoniennes.

La distance qui séparait les voyageurs des cimes annulaires de Tycho n’était pas tellement considérable qu’ils ne pussent en relever les principaux détails. Sur le remblai même qui forme la circonvallation de Tycho, les montagnes, s’accrochant sur les flancs des talus intérieurs et extérieurs, s’étageaient comme de gigantesques terrasses. Elles paraissaient plus élevées de trois à quatre cents pieds à l’ouest qu’à l’est. Aucun système de castramétation terrestre n’était comparable à cette fortification naturelle. Une ville, bâtie au fond de la cavité circulaire, eût été absolument inaccessible.

Inaccessible et merveilleusement étendue sur ce sol accidenté de ressauts pittoresques ! La nature, en effet, n’avait pas laissé plat et vide le fond de ce cratère. Il possédait son orographie spéciale, un système montagneux qui en faisait comme un monde à part. Les voyageurs distinguèrent nettement des cônes, des collines centrales, de remarquables mouvements de terrain, naturellement disposés pour recevoir les chefs-d’œuvre de l’architecture sélénite. Là se dessinait la place d’un temple, ici l’emplacement d’un forum, en cet endroit, les soubassements d’un palais, en cet autre, le plateau d’une citadelle. Le tout dominé par une montagne centrale de quinze cents pieds. Vaste circuit, où la Rome antique eût tenu dix fois tout entière !

« Ah ! s’écria Michel Ardan, enthousiasmé à cette vue, quelle ville grandiose on construirait dans cet anneau de montagnes ! Cité tranquille, refuge