Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.


passant par son axe. L’attraction, c’est-à-dire la pesanteur, avait amené cette modification. La partie la plus lourde du boulet inclinait vers le disque invisible, exactement comme s’il fût tombé vers lui.

Tombait-il donc ? Les voyageurs allaient-ils enfin atteindre ce but tant désiré ? Non. Et l’observation d’un point de repère, assez inexplicable du reste, vint démontrer à Barbicane que son projectile ne se rapprochait pas de la Lune, et qu’il se déplaçait en suivant une courbe à peu près concentrique.

Ce point de repère fut un éclat lumineux que Nicholl signala tout à coup sur la limite de l’horizon formé par le disque noir. Ce point ne pouvait être confondu avec une étoile. C’était une incandescence rougeâtre qui grossissait peu à peu, preuve incontestable que le projectile se déplaçait vers lui et ne tombait pas normalement à la surface de l’astre.

« Un volcan ! c’est un volcan en activité ! s’écria Nicholl, un épanchement des feux intérieurs de la Lune ! Ce monde n’est donc pas encore tout à fait éteint.

– Oui ! une éruption, répondit Barbicane, qui étudiait soigneusement le phénomène avec sa lunette de nuit. Que serait-ce en effet si ce n’était un volcan ?

– Mais alors, dit Michel Ardan, pour entretenir cette combustion, il faut de l’air. Donc, une atmosphère enveloppe cette partie de la Lune.

– Peut-être, répondit Barbicane, mais non pas nécessairement. Le volcan, par la décomposition de certaines matières, peut se fournir à lui-même son oxygène et jeter ainsi des flammes dans le vide. Il me semble même que cette déflagration a l’intensité et l’éclat des objets dont la combustion se produit dans l’oxygène pur. Ne nous hâtons donc pas d’affirmer l’existence d’une atmosphère lunaire. »

La montagne ignivome devait être située environ sur le quarante-cinquième degré de latitude sud de la partie invisible du disque. Mais, au grand déplaisir de Barbicane, la courbe que décrivait le projectile l’entraînait loin du point signalé par l’éruption. Il ne put donc en déterminer plus exactement la nature. Une demi-heure après avoir été signalé, ce point lumineux disparaissait derrière le sombre horizon. Cependant la constatation de ce phénomène était un fait considérable dans les études sélénographiques. Il prouvait que toute chaleur n’avait pas encore disparu des entrailles de ce globe, et là où la chaleur existe, qui peut affirmer que le règne végétal, que le règne animal lui-même, n’ont pas résisté jusqu’ici aux influences destructives ? L’existence de ce volcan en éruption, indiscutablement reconnue des savants de la Terre, aurait amené sans doute