Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/121

Cette page a été validée par deux contributeurs.


suivra l’une ou l’autre, suivant la vitesse dont il sera animé, et que je ne saurais évaluer en ce moment.

– Oui, dit Nicholl, il s’en ira suivant une parabole ou suivant une hyperbole.

– En effet, répondit Barbicane. Avec une certaine vitesse il prendra la parabole, et l’hyperbole avec une vitesse plus considérable.

– J’aime ces grands mots, s’écria Michel Ardan. On sait tout de suite ce que cela veut dire. Et qu’est-ce que c’est que votre parabole, s’il vous plaît ?

– Mon ami, répondit le capitaine, la parabole est une courbe du second ordre qui résulte de la section d’un cône coupé par un plan, parallèlement à l’un de ses côtés.

– Ah ! ah ! fit Michel d’un ton satisfait.

– C’est à peu près, reprit Nicholl, la trajectoire que décrit une bombe lancée par un mortier.

– Parfait. Et l’hyperbole ? demanda Michel.

– L’hyperbole, Michel, est une courbe du second ordre, produite par l’intersection d’une surface conique et d’un plan parallèle à son axe, et qui constitue deux branches séparées l’une de l’autre et s’étendant indéfiniment dans les deux sens.

– Est-il possible ! s’écria Michel Ardan du ton le plus sérieux, comme si on lui eût appris un événement grave. Alors retiens bien ceci, capitaine Nicholl. Ce que j’aime dans ta définition de l’hyperbole – j’allais dire de l’hyperblague – c’est qu’elle est encore moins claire que le mot que tu prétends définir ! »

Nicholl et Barbicane se souciaient peu des plaisanteries de Michel Ardan. Ils s’étaient lancés dans une discussion scientifique. Quelle serait la courbe suivie par le projectile, voilà ce qui les passionnait. L’un tenait pour l’hyperbole, l’autre pour la parabole. Ils se donnaient des raisons hérissées d’x. Leurs arguments étaient présentés dans un langage qui faisait bondir Michel. La discussion était vive, et aucun des adversaires ne voulait sacrifier à l’autre sa courbe de prédilection.

Cette scientifique dispute, se prolongeant, finit par impatienter Michel, qui dit :

« Ah çà ! messieurs du cosinus, cesserez-vous enfin de vous jeter des paraboles et des hyperboles à la tête ? Je veux savoir, moi, la seule chose intéressante dans cette affaire. Nous suivrons l’une ou l’autre de vos courbes. Bien. Mais où nous ramèneront-elles ?

– Nulle part, répondit Nicholl.

– Comment, nulle part !