Page:Verne - Autour de la Lune.djvu/112

Cette page a été validée par deux contributeurs.


explications sur les causes et les conséquences de ce curieux phénomène.

« Curieux à coup sûr, dit-il, car si chaque hémisphère de la Lune est privé de la lumière solaire pendant quinze jours, celui au-dessus duquel nous flottons en ce moment ne jouit même pas, pendant sa longue nuit, de la vue de la Terre splendidement éclairée. En un mot, il n’y a de Lune – en appliquant cette qualification à notre sphéroïde – que pour un côté du disque. Or, s’il en était ainsi pour la Terre, si par exemple l’Europe ne voyait jamais la Lune et qu’elle fût visible seulement à ses antipodes, vous figurez-vous quel serait l’étonnement d’un Européen qui arriverait en Australie ?

– On ferait le voyage rien que pour aller voir la Lune ! répondit Michel.

– Eh bien, reprit Barbicane, cet étonnement est réservé au Sélénite qui habite la face de la Lune opposée à la Terre, face à jamais invisible à nos compatriotes du globe terrestre.

– Et que nous aurions vue, ajouta Nicholl, si nous étions arrivés ici à l’époque où la Lune est nouvelle, c’est-à-dire quinze jours plus tard.

– J’ajouterai, en revanche, reprit Barbicane, que l’habitant de la face visible est singulièrement favorisé de la nature au détriment de ses frères de la face invisible. Ce dernier, comme vous le voyez, a des nuits profondes de trois cent cinquante-quatre heures, sans qu’aucun rayon en rompe l’obscurité. L’autre, au contraire, lorsque le Soleil qui l’a éclairé pendant quinze jours se couche sous l’horizon, voit se lever à l’horizon opposé un astre splendide. C’est la Terre, treize fois grosse comme cette Lune réduite que nous connaissons ; la Terre qui se développe sur un diamètre de deux degrés, et qui lui verse une lumière treize fois plus intense que ne tempère aucune couche atmosphérique ; la Terre dont la disparition n’arrive qu’au moment où le Soleil reparaît à son tour !

– Belle phrase ! dit Michel Ardan, un peu académique peut-être.

– Il suit de là, reprit Barbicane, sans sourciller, que cette face visible du disque doit être fort agréable à habiter, puisqu’elle regarde toujours, soit le Soleil quand la Lune est pleine, soit la Terre quand la Lune est nouvelle.

– Mais, dit Nicholl, cet avantage doit être bien compensé par l’insoutenable chaleur que cette lumière entraîne avec elle.

– L’inconvénient, sous ce rapport, est le même pour les deux faces, car la lumière reflétée par la Terre est évidemment dépourvue de chaleur. Cependant cette face invisible est encore plus éprouvée par la chaleur que la face visible. Je dis cela pour vous, Nicholl, parce que Michel ne comprendra probablement pas.

– Merci, fit Michel.