Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/93

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES POÈTES MAUDITS 73 Ciel! où frapperai-je Sans clé pour ouvrir? Sous l’arrêt éternel repoussant ma prière Jamais plus le soleil n’atteindra ma paupière Pour ressuyer du monde et des tableaux affreux Qui font baisser partout mes regards douloureux. Plus de soleil ! Pourquoi ? Cette lumière aimée Aux méchants de la terre est pourtant allumée ; Sur un pauvre coupable à l’échafaud conduit Gomme un doux «viens à moi» l’orbe s’épanche et [luit . Plus de feu nulle part ! Plus d’oiseaux dans l’espace ! Plus d’Aye Maria dans la brise qui passe ! Au bord des lacs taris plus un roseau mouvant! Plus d’air pour soutenir un atome vivant! Ces fruits que tout ingrat sent fondre sous sa lèvre Ne ferontpluscoulerleursfraîcheursdansma fièvre; Et de mon cœur absent qui viendra m’oppresser J’amasserai les pleurs sans pouvoir les verser. Ciel ! où m’en irai-jc Sans pieds pour courir ? Ciel ! où frapperai-jo Sans clé i»u:ii’ OLiviiiV i