Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/90

Cette page n’a pas encore été corrigée


70 LES POÈTES MAUDITS La mère ! Quand j’ai grond<^ mon fils Je me cache et je pleure. Et quand ce fils va au collège, un cri terrible, n’est-ce pas? Candeur de mon enfant, comme on va vous détruire Ce qu’on ignore le moins de Marceline Desbordes-Valmore, ce sont d’adorables fables, bien à elle, après cet amer La Fontaine et Florian le joli : Un tout petit enfant s*en allait à Técole; On avait dit : allez ! il tâchait d’ohéir. Et « le Petit Peureux » et « le Petit Menteur ! > Oh! nous vous en supplions, relevez toutes ces gentillesses point fades, point affectées. Si mon enfant m’aime, chante « la Dormeuse >, ce qui veut dire ici « la Berceuse > combien mieux!