Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/27

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES POÈTES MAUDITS 13 Au lieu de suinter dans vos pommes de terre. Respire à chaque flot. — Voyez à l’horizon se soulever la houle; On dirait le ventre amoureux D’une fille de joie en rut, à moitié soûle... Ils sont là ! — La houle a du creux. — — Écoutez, écoutez la tourmente qui beugle ’... C’est leur anniversaire. — Il revient bien souvent! — O poète, gardez pour vous vos chants d’aveugle; — Eux : le De profundis que leur corne le vent. ... Qu’ils roulent infinis dans les espaces vierges !... Qu’ils roulent verts et nus, Sans clous et sans sapin, sans couvercle, sans cierge. — Laissez-les donc rouler, terriers parvenus !

J^