Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/115

Cette page a été validée par deux contributeurs.



VI

PAUVRE LELIAN


Ce Maudit-ci aura bien eu la destinée la plus mélancolique, car ce mot doux peut, en somme, caractériser les malheurs de son existence, à cause de la candeur de caractère et de la mollesse, irrémédiable ? de cœur qui lui ont fait dire à lui-même de lui-même, dans son livre Sapientia,

Et puis, surtout, ne va pas t’oublier toi-même.
Traînassant ta faiblesse et ta simplicité
Partout où l’on bataille et partout où l’on aime.
D’une façon si triste et folle en vérité !
٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠
A-t-on assez puni cette lourde innocence ?

Et dans son volume Charité qui vient de paraître.

J’ai la fureur d’aimer, mon cœur si faible est fou.
٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠٠
Je ne puis plus compter les chutes de mon cœur.