Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/109

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES POÈTES MAUDITS 87 RÉVEIL O toi dont je reste interdit, J’ai donc le mot de ton abtme. Sois oubliée en tes hivers ! ADIEU Un vertige épars sous tes voiles Tente mon front vers tes bras nus. Et tes cheveux couleur de deuil Ne font plus d’ombre sur mes rêves. RENCONTRE Tu secouais ton noir flambeau, Tu ne pensais pas être morte : J’ai forgé la grille et la porte Et mon cœur est sûr du tombeau ! Tu ne ressusciteras pas ! Et comment nous tenir de mettre encore sous vos yeux cette fois une pièce tout entière? Gomme dans IsiSy comme dans MorganCy comme dans le Nouveau Monde yComme dans Claire Lenoir, comme ^W>