Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/103

Cette page n’a pas encore été corrigée


LES POÈTES MAUDITS 81 camarade, de cet homme du monde ac- compli sans les inconvénients, de Yilliers de risle-Adam pour tout dire et dire tout ? Maintenant citons et citons hieuynamely, la « scène muette » de la Révolte La pendule au-dessus de la porte sonne une heure du matin, musique sombre; puis, entre d’assez longs silences, deux heures, puis deux heures et demie, puis trois heures, puis trois heures et demie et enfin quatre heures. Félix est resté évanoui. Le petit jour vient à travers les vitres, les bougies s’éteignent; une bobèche se brise d’elle-même, le feu pâlit. La porte du fond se rouvre violemment; entre Mme Elisabeth tremblante, affreusement pâle; elle tient son mouchoir sur la bouche» sans voir son mari, elle va lentement vers le grand fauteuil, prés de la cheminée. Elle jette son chapeau, et, le front dans ses mains, les yeux fixes, elle tombe assise et se met à rêver à voix basse. — Elle a froid; ses dents cla- quent et elle frissonne. et la scène X de l’acte troisième du Nouveau Mondey où, après l’exposé très spirituel et très éloquent des griefs financiers des tenanciers de l’Angleterre en Amérique, tout le "monde parle ensemble^ comme l’indiquent deux accolades, — et que voici ^^