Page:Verlaine - Les Poètes maudits, 1888.djvu/102

Cette page n’a pas encore été corrigée


80 LES POÈTES MAUDITS RiEUx, et que son nom parte, destiné au plus profond retentissement, pour une postérité sans fin, néanmoins nous le clas- sons parmi les Poètes maudits^ parce qu’il n’est pas assez glorieux en ces temps qui devraient être à ses pieds. Et tenez ! comme pour nous ainsi que pour beaucoup de bons esprits, l’Académie Française, — qui a donné à Leconte de Lisle le fauteuil du célèbre Hugo, lequel Hugo fut, à parler franc, une façon tout de même de grand poète, — a du bien et du mieux, et puisque les Immortels de par delà le Pont des Arts ont, enfin ! con- sacré la tradition d’un grand poète rem- placé par un grand poète après un poète considérable qui fut Népomucène Lemer- cier remplaçant lui-même nous ne savons plus qui, qui est-ce alors qui pourrait suppléer après sa mort que nous espérons très éloignée, le poète Classique et Bar- bare, sinon Monsieur Le Comte de Villiers de risle-Adam que recommandent, d’a- bord, son énorme titre nobiliaire pour tant de ducs, et surtout l’immense talent, le fa- buleux génie de ce d’ailleurs charmant