Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Les Amies, 1868.djvu/15

Cette page a été validée par deux contributeurs.




ÉTÉ




Et l’enfant répondit, pâmée
Sous la fourmillante caresse
De sa pantelante maîtresse :
« Je me meurs, ô ma bien-aimée !

Je me meurs ; ta gorge enflammée
Et lourde me soûle et m’oppresse ;
Ta forte chair d’où sort l’ivresse
Est étrangement parfumée.