Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ASSOMPTION


Aujourd’hui c’est ma fête et j’ai droit à des fleurs
(Sous mou autre prénom je n’ai droit qu’à mes pleurs),
Car sachez-le bien tous, je m’appelle Marie,
Et sous le nom puissant d’une mère chérie
Je me sens protégé du mal et du péché
Qui m’avaient investi grâce au bien négligé.
Je me sais à l’abri d’un monde que j’abhorre
Et dont je ne saurais me séparer encore,
Je me crois détendu contre tout choc et heurt
Par ce nom qui s’en vient prier lorsque l’on meurt.
En ce jour merveilleux de triomphe et de gloire,
Il me semble que j’ai ma part de la victoire.
Ô ma femme, entrons donc joyeux, c’est notre droit,
Dans le bonheur heureux… et le devoir qu’on doit.