Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres posthumes, Messein, I.djvu/61

Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
varia

Être jaloux, rien d’aussi sot !
Et j’efface à l’instant les vers
D’un peu plus haut, vague tressaut
D'encore ce cruel tressaut.

III


D’ailleurs, la jalousie est bête.
D’abord, elle ne sert de rien
Malgré tout son martel en tête.
Puis elle n’est pas d'un chrétien,
Jésus qui pardonnez des milliards de fois
Par la bouche du prêtre et Votre grâce toujours prête,
Même, entre tous, à ceux qu’a damnés sa menteuse voix.

C’est aussi le péché morose
Portant eu lui déjà l’Enfer
Tant mérité sur toute chose !
C’est Caïn et c’est Lucifer,
L'un jaloux de son frère et l’autre de son Dieu
Et tous deux malheureux sans fin méditant sur la cause
Et sur l’effet, auteurs de leur éternité de feu !

Ô rien ne vaut la confiance
Entre deux Cœurs pécheurs, mais vrais.
L’un pour l’autre et qu’une nuance
Divisait aux temps jeunes, mais